fbpx

Actualités

Les enseignantes et enseignants rappellent au ministre Roberge qu’il doit passer de la parole aux actes

19 2021

Montréal, le 19 février 2021 – Alors que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, tenait une causerie virtuelle avec les membres et invités de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain ce midi, des enseignantes et enseignants membres de syndicats affiliés à la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) ont profité de l’occasion pour lui manifester leur indignation quant au blocage aux tables de négociation, devant l’édifice situé rue Saint-Jacques, à Montréal.

Crédit : Mario Jean / Madoc

Rappelons qu’il y a presque un an, soit le 21 février 2020, les enseignantes et enseignants membres des syndicats affiliés à la FAE avaient interpellé le ministre Roberge devant les membres et invités de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour manifester leur mécontentement quant à la Réforme Roberge (projet de loi no 40). Le ministre avait alors affirmé comprendre leur frustration tout en les invitant à garder espoir quant à la négociation de leur contrat de travail avec le gouvernement caquiste, qui allait permettre de revaloriser leur profession.

Depuis? Que des offres considérées méprisantes par les profs de la part du gouvernement Legault. « Pendant que le ministre de l’Éducation alimente toutes les tribunes de son discours jovialiste, les profs ne décolèrent pas et continuent de se mobiliser, pour faire entendre leurs voix afin que le gouvernement dépose enfin une offre qui améliorera véritablement leurs conditions de travail et de rémunération », a déclaré Alain Marois, vice-président à la vie politique à la FAE.

Cette négociation se déroule alors que les effets de la pénurie de personnel, de la désertion professionnelle, des départs précipités à la retraite ainsi que de la détresse psychologique continuent plus que jamais de se faire sentir au sein de la profession enseignante et de l’école publique.

Les enseignantes et enseignants proposent des solutions concrètent pour améliorer la situation dans les écoles publiques, revaloriser leur profession et ainsi pallier les difficultés liées à l’attraction et à la rétention du personnel enseignant, et ce, aux bénéfices de tous les élèves jeunes et adultes.

 

Profil de l’organisation

La FAE regroupe neuf syndicats qui représentent près de 49 000 enseignantes et enseignants du préscolaire, du primaire, du secondaire, de l’enseignement en milieu carcéral, de la formation professionnelle, de l’éducation des adultes et le personnel scolaire des écoles Peter Hall et du Centre académique Fournier, ainsi que 1 800 membres de l’Association de personnes retraitées de la FAE (APRFAE). Elle est présente dans sept régions : Montréal, Laval, Québec et Outaouais, dans lesquelles se trouvent les quatre plus grands pôles urbains du Québec, ainsi que dans les Laurentides, l’Estrie et la Montérégie.

-30-

Source : Fédération autonome de l’enseignement

Renseignements : Geneviève Cormier, conseillère au Service des communications, au 514 941-5640 ou à g.cormier@lafae.qc.ca