fbpx

Actualités

Les offres patronales aux profs sous la loupe : EDA et FP

1 2021

Les secteurs de l’éducation des adultes (EDA) et de la formation professionnelle (FP) sont là où l’on retrouve le plus de précarité. En effet, on y dénombre 7,5 profs précaires sur 10.

Et la partie patronale a bien l’intention que cette réalité se maintienne puisqu’elle n’offre rien pour contrer ce fléau. Trop nombreux sont les profs contractuels réengagés d’année en année, sans jamais pouvoir acquérir la permanence. Trop nombreux sont les profs à taux horaire. Pour la FAE, il importe de générer des déclencheurs de postes réguliers à l’EDA et à la FP, à partir des postes réguliers existant au 1er juillet 2017.

Aussi, la partie patronale propose que la semaine régulière de travail inclue la possibilité d’offrir des services éducatifs les fins de semaine, et ce, pour répondre aux besoins constants des élèves. Les centres de services scolaires (CSS) veulent offrir la possibilité aux élèves qui travaillent la semaine de se former sur une base régulière les fins de semaine. Que dire de plus?

La partie patronale entend aussi ajouter les éléments suivants aux attributions caractéristiques de la fonction générale soit d’organiser et de superviser des activités étudiantes, et d’y participer, de participer à l’organisation et au déroulement de soirées reconnaissance et de participer activement aux activités promotionnelles du centre. Encore une fois, on en ajoute et on se doute que cela devra être fait bénévolement, comme si les profs n’en avaient pas déjà assez sur les bras.

Pour la FP seulement, on demande aux profs de participer au développement des programmes et du centre. La partie patronale se déresponsabilise en obligeant les profs de la FP à concevoir les nouveaux programmes, trop souvent sans planifier et accorder assez de temps pour y arriver dans les heures régulières de travail. Déjà, certains enseignantes et enseignants ne sont pas libérés pour faire ce travail et doivent le faire lors de leurs activités professionnelles (TC, AP, TLA), ce qui enlève du temps pour la tâche au quotidien.

En plus, la partie patronale n’offre rien sur la composition des groupes en EDA et en FP. La FAE demande d’ajouter des sommes en soutien à l’intégration des élèves aux besoins particuliers (EBP) et de mandater les comités de participation des profs des centres pour faire des recommandations sur l’utilisation de ces sommes.